Categories

La carte à jouer en Catalogne XIVe et XVe siècles

Jean-Pierre GARRIGUE

pour surprendre. Cela se traduit par un « âge d’or » qui s’épanouit durant tout le XVe siècle. Si les références concernant les fabricants barcelonais sont étonnamment pauvres, il en va tout autrement pour leurs homologues nord-catalans. Ainsi apprend-on que les premiers cartiers répertoriés à Perpignan sont des représentants de la communauté juive de la ville, convertis durant l’année 1416. Les échanges entre fabricants des deux principales villes de Catalogne vont s’avérer très fructueux au point de faire de Barcelone et Perpignan deux villes cartières incontournables en Europe. C’est durant cet « âge d’or » que les cartes fabriquées en Catalogne vont acquérir peu à peu une spécificité qui va perdurer jusqu’à nos jours. Les joueurs actuels de truc, flor, ou autres jeux catalans, utilisent toujours ces « cartes catalanes » qui sont les héritières directes de celles qui étaient fabriquées dès la fin du XIVe siècle. Un net déclin s’amorcera au début du XVIe siècle, la fabrication des cartes à jouer devenant le fait des cartiers français qui exerceront alors un véritable monopole dans toute la péninsule ibérique. Jean-Pierre Garrigue, docteur en astrophysique et professeur de mathématiques à la retraite, est depuis toujours, racines roussillonnaises obligent, un passionné de l’histoire du pays catalan. Tout d’abord guidé par des recherches généalogiques, son champ d’investigation s’est progressivement élargi ; c’est ainsi qu’il a coécrit récemment « Saint Sauveur, un couvent perpignanais retrouvé ». Mais c’est sa double passion pour l’histoire locale et les cartes à jouer, dont il est un collectionneur averti, qui l’a conduit à entreprendre des recherches approfondies sur ce thème. C’est ainsi qu’un premier ouvrage « La carte à jouer à Perpignan du Moyen-âge à nos jours » a été publié en 2012. Depuis, des recherches fructueuses sur les origines

16.00 €

Afegit al nostre catàleg des de dijous 09 juliol, 2015.

Digueu-li a un amic Comparteix a Twitter Comparteix a Facebook
Escriviu un comentari